Déchets de chantier dans le BTP : comment les gérer?

Chaque année en France, 227 millions de tonnes de déchets sont produits sur les chantiers. Parmi ces déchets, il existe plusieurs catégories qui ne reçoivent pas le même traitement selon qu’ils sont recyclables ou non, mais aussi selon leur dangerosité. Il est donc impératif pour des raisons environnementales, mais aussi pour des raisons de sécurité, d’opter pour les bonnes solutions pour être en conformité avec la législation. Comment gérez-vous les déchets de vos chantiers? On vous dit tout.

Qu’est-ce qu’un déchet de construction?

Que ce soit sur un chantier de construction ou de démolition, les débris peuvent provenir de trois catégories. On distingue ainsi 3 familles qui sont : les déchets inertes qui ne subissent aucune modification et qui ne peuvent pas se décomposer comme c’est le cas avec le sable ou les blocs de béton. Vient ensuite le déchet non dangereux, mais il n’est pas inerte et peut donc prétendre au recyclage et avoir une seconde vie comme le bois ou le métal. Enfin, les déchets dangereux considérés comme toxiques et présentant un risque important pour la santé, comme les métaux lourds, l’amiante ou les hydrocarbures, arrivent en dernier.

Bien entendu, quel que soit le type de site dans lequel ils sont produits, ces déchets ne peuvent être manipulés sans précautions et sans un souci du détail rigoureux. Ainsi, pour assurer le transport de tous ces déchets, découvrez les équipements Gurdebeke capables de traiter tous types de déchets jusqu’à leur destination. Ce sont, par exemple, des camions bennes, des conteneurs ou encore des compacteurs.

Que deviennent les déchets de construction?

Les déchets collectés sur les chantiers de construction sont transportés à différents endroits selon leur classification. Ainsi, les déchets inertes peuvent être acheminés vers des décharges ou des carrières pour y être stockés. Les déchets considérés comme non dangereux mais non inertes doivent être classés avant d’être évacués. Lorsque leur poids n’excède pas 1 100 l/semaine, ils peuvent être confiés aux soins des éboueurs.

Enfin, pour les résidus les plus toxiques et dangereux, leur manipulation nécessite des précautions de manipulation. Ils sont acheminés directement vers des centres de stockage de déchets dangereux et seront traités dans le strict respect de la réglementation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.